Quels sont les critères d’évaluation ?

Chaque année, la Commission Européenne remet le prix de Capitale Verte de l’Europe à une ville correspondant à des critères précis. Ce trophée récompense les villes qui ont pour volonté de limiter et diminuer leur impact sur l’environnement mais aussi d’améliorer la qualité de vie de ses habitants.

Pour cela, les villes candidates sont jugées sur les 12 critères suivants :

  • Le climat,
  • les transports,
  • les espaces verts,
  • la biodiversité,
  • l’utilisation des sols,
  • la qualité de l’air,
  • la gestion des déchets,
  • la pollution sonore,
  • l’eau,
  • la communication,
  • l’assainissement,
  • le management environnemental.

capitale-verte-europe

En quoi Nantes correspond-elle à ces critères ?

En 2010, 17 villes s’étaient portées candidates. Nantes a remporté le trophée face à 5 autres finalistes en s’imposant grâce à ses points forts que sont les quatre zones Natura 2000, mais aussi sur l’aménagement des transports publics (avec les bus, tram, busway et chronobus). Parmi ces points forts, figurent également le plan climat mis en place par la ville, sa politique pour l’amélioration de la qualité de l’eau et sa biodiversité.

Chacun des critères évalués par le jury ont été travaillés par Nantes qui a choisi la voie du développement durable depuis de nombreuses années.

Le climat et le transport, points forts de Nantes

Le climat est le critère pour lequel Nantes s’est vue attribuer un 14,5/15. En effet, avec son plan climat, Nantes a pour objectif de réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 et de 50 % en 2025. Le premier plan climat a été mis en place depuis plus de 20 ans au travers du lancement de locations de vélo, du renouveau du tramway, du covoiturage, etc.

Le transport local est le second point fort de Nantes. En 2004, un « plan de mobilité » a été lancé. De même, le centre-ville est réaménagé petit à petit pour laisser place uniquement à la circulation piéton, aux cyclistes et aux transports en commun.

Le plan de déplacements urbains, le plan climat territorial et le futur Schéma régional air climat énergie contribuent à la qualité de l’air. Nantes Métropole a aussi mis en place en 2002 un plan de gestion de la qualité de l’air.

Espaces verts et biodiversité

Nantes dispose aussi de nombreux espaces verts, jardins et parcs, si bien que 100 % de la population Nantaise vit à moins de 300 mètres d’un espace vert. Cependant, le jury juge la répartition des espaces verts en ville inégale.

En ce qui concerne la biodiversité, un maintien de l’agriculture est effectué et les milieux naturels sont restaurés. 3 forêts urbaines ont aussi été plantées afin de limiter l’étalement urbain.

nantes-espaces-verts
© Katia Filluzeau

Nantes travaille aussi sur un plan de prévention du bruit dans l’environnement afin de diminuer la pollution sonore pour les habitants de l’agglomération.

Pour ce qui est de la consommation de l’eau, celle-ci diminue d’année en année tandis que la population augmente, passant notamment de 139 litres par personne en un jour en 2004 à 120 litres en 2008. L’assainissement est quant à lui assuré par 12 stations d’épuration.

Montrer l’exemple : achats responsables et communication

Nantes a aussi mis en place une politique d’achats éco-responsables et assure une gestion de l’énergie des bâtiments publics dans le cadre de son management environnemental dont l’Agenda 21 est le fil conducteur depuis 2006.

Enfin, Nantes communique sur le développement durable et sur ses actions pour transmettre de bonnes pratiques, son expérience et servir ainsi de modèle aux citoyens. Des visites d’études d’éco-quartiers ou des expositions pour la jeunesse sont aussi organisées pour faire prendre conscience à la population de l’importance de la préservation de l’environnement.

Selon Karl Falkenberg, le directeur de l’environnement à la Commission européenne, deux points restent cependant à améliorer pour Nantes : le traitement des déchets et l’utilisation énergétique.